Salon Littéraire

Author at only 27, Tiphaine Siovel started to write Briseis in 2004, when she was 18. After three long years dedicated to getting the book published, Briseis is finally released in November 2012, to this young author’s joy.

Despite a difficult start, Briseis’ adventure was as much a human adventure as it was a literary adventure, she says. “The first idea came to me at the end of my last year in high school, but I really started writing a few months later, because what I had planned to do for my gap year wasn’t really working out, and I didn’t know what to do with my time. The original idea came after a personal experience: I was asked, like my heroine is asked, to choose my specialty after my degree. Like her, I wanted to live a life full of adventure, and not limit myself to the few options I was given. My first objective with the novel was to make the heroine evolve in parallel to my life, in a fantasy world, so we could help each other find our path. And actually it worked, as I discovered that what I like most in life is precisely to tell stories!”

Tiphaine Siovel, you just told us that your everyday life inspired you a lot for the Briseis story, but where did you draw from most to write this story? Did certain other stories particularly influence you?

I found a lot of inspiration in mythology and fairy tales, since it was the base of my story: to study the influence of legends on our lives. But I never chose an existing story thinking to myself: Oh, I’m going to do the same. The process is done at a more unconscious level. Of course, whenever I write about a precise mythological fact in the novel, it is based on thorough research, as I wanted to add force to my story and make it credible.

Were there authors who, at the beginning of your project, made an impression on you, inspired you?

I grew up with Harry Potter: every year a new book was out, and every year or almost, the hero conveniently was the same age as me… Even though I’ve read a lot of books in my youth, it’s one of the sagas that affected me the most, and it is most probably greatly responsible for my attraction to writing. That being said, I get inspired just as much by films and graphic novels (European’s equivalents to comics). I find that any way to tell stories is interesting.

There are indeed a lot of details in your novel related to diverse mythologies, it’s very interesting to read. Briseis is, in the greek mythology, a priestess, she is quite an important character. Did you chose that name in reference to the mythology, because your story resembled it, or is there another meaning, perhaps more personal?

Most of the elements of my novel have a very important symbolic meaning, but the choice of the name “Briseis” doesn’t have any. It’s the first thing I chose, before knowing the rest of the story, and I chose it based solely on sentimental grounds: I wanted an out of the ordinary name, that I would like enough to not mind writing it 3 times a page at least… So I chose it the way I would have chosen the name of a child… But, as you saw when reading the book, there is a precise reason for the novel to be named after it’s heroine…

Your book is addressed to teenagers, yet it seems to have great meaning. Do you think your book can have an impact on its readers, aside from entertaining them. Are you looking to denounce a certain reality, and to make the reader reflect on it?

I think that any story, if it is well done, has a higher purpose than just to entertain. For me, stories are guides to help us go through life. They are there to lift our spirit up, to give us courage, to warn us of a danger, or revive within us qualities that we might have forgotten… the list goes on. I would say that ideally, a story doesn’t give an answer, but invite us to ask ourselves questions. They do make us reflect on things.

With Briseis, I’m not really looking to denounce something, rather to make people think about the way we react to a problem in general (human issues, relationships, etc). I chose a fantasy setting, because to me, it’s a good way to take a step back and get the distance useful to better understand what is happening in our own life.

In a time where society questions and divides itself mainly around questions of equality, for a lot of us it is an ideal, do you think there is an omnipresent and inevitable division between “those who know” and the others? That this division would be unknown to everyone but the “elite” your book is referring to (situation perfectly illustrated by the importance of the secret of the existence of the Citadel)?

While growing up, as I was discovering that the world wasn’t always going round, and that adults didn’t always have the answer to everything, I asked myself, like a lot of other young people I think, what was the cause of humanity’s pains.

Unable to find an obvious answer, I was wondering if someone somewhere could explain everything. If there were people in charge, who kept us in ignorance, or if we were all in the same uncontrollable boat. Even if I think a “yes” or a “no” wouldn’t be enough to answer such a question, it made me feel like playing with this idea. Since I will probably never get an answer, I told myself, why not invent one, to see what would happen. What would the world look like if “yes, there is a captain to the boat, and he knows exactly where we are going”.

That being said, the first volume of Briseis is only an introduction to this concept, which will evolve a lot in the next 3 volumes.

What does the rebellion that Briseis joins in the second part of the story represent for you? Knowing the closeness between you and your main character, does this rebellion means something particular for you personally? Like a step in your life?

I think I’ve actually lived this moment of rebellion more than once in my life already, and I’ll probably live it again. For me it represents a very fundamental step: to have the courage to defend our own ideals, even when those around us think otherwise, even when it means having to leave all that we know behind and jump into the unknown, crossing a desert, hoping to find a better place on the other side. I wrote that passage mainly to remind myself to find that courage, every time I would need it. A story isn’t only there to make readers think, it’s also a great professor for its narrator…

Briseis allowed you to find your path. Are you inviting your readers to do the same, to also ask themselves questions about our society, and to consider rebellion?

I would really put the word rebellion in brackets: I’m not saying that we should break everything and systematically rebel against the system. But to ask ourselves the right questions, to make ourselves responsible for our own happiness, and to have the courage to find our own truth, yes. Or to rebel, but against our own fears. With Briseis, I’m mainly looking to illustrate an inner struggle.

You started writing Briseis very young, its publishing required a lot of time and patience. You managed to realize a dream many young people have, to one day publish their own book, what advice would you give to young authors wanting to make their dream come true?

I would say that the hardest step is to believe in your own worth. We never see someone else’s book half finished. We don’t realize that a book takes an incredibly long time to start looking reasonably good, that you need patience, and that you shouldn’t hesitate to make corrections, again, and again, and again. You have to be stubborn, never give up, and trust that if you carry on walking, eventually, the path always leads somewhere.

What can you tell us about Briseis’ next adventures. How are you going to organize the rest of the story, and what are your expectations in regards to the next volumes?

What’s next has already been partially organized for a long time, since this story was originally supposed to be only one novel, that I ended up cutting into four volumes, because I just had too many things to tell. Mostly I’m eager to see what it’s going to end up looking like, because even if I think I know what’s going to happen, the end result is always very different…

Auteur de tout juste 27 ans, Tiphaine Siovel a commencé l’écriture de Briséïs en 2004, elle avait alors 18 ans. Après trois longues années dédiées à la parution de ce livre, c’est finalement en novembre 2012 que Briséïs sort, pour le plus grand bonheur de la jeune bretonne.

Malgré un contexte difficile, l’aventure Briséïs fut autant une aventure humaine que littéraire me confie-t-elle «La première idée m’est venue en fin de terminale, mais j’ai réellement commencé  à écrire quelques mois après, parce que ce que j’avais prévu de faire ne fonctionnait pas comme je voulais, et je ne savais pas quoi faire de mon temps. L’idée de départ est venue à la suite d’une expérience personnelle : on m’a demandé, comme à l’héroïne du roman, de choisir mon orientation après le bac. Comme elle, je voulais vivre une vie d’aventure, et ne pas me limiter aux cases toutes faites qu’on me proposait. L’objectif de départ était de faire évoluer une héroïne en parallèle de ma vie, dans un monde fantastique, et que nous nous entraidions pour trouver notre voie. Finalement ça a marché, puisque j’ai découvert que ce que j’aimais le plus au monde, c’était justement de raconter des histoires ! »

Tiphaine Siovel, vous venez de nous confier que votre vie quotidienne vous a beaucoup inspiré pour l’histoire de Briséïs,  mais dans quoi avez-vous puisé pour écrire cette histoire ?  Avez-vous des récits qui vous ont particulièrement influencé ?

Je me suis beaucoup inspirée de mythologie et de contes puisque c’était le fondement de mon histoire : étudier l’influence des contes et légendes sur nos vies. Mais je ne choisis jamais une histoire qui existe en me disant : tiens, je vais faire pareil. Cela se fait de façon plus inconsciente. Bien sûr, là où je parle d’éléments mythologiques précis dans mon histoire, j’ai fait des recherches détaillées, pour donner du poids à mon récit et le rendre crédible.

Y a t-il eu des auteurs qui vous ont, au début de votre projet, marqué et inspiré ?

J’ai grandi avec Harry Potter : tous les ans un livre sortait, et le héros avait justement le même âge que moi… Même si j’ai lu beaucoup d’autres livres dans ma jeunesse, c’est une des sagas qui m’a le plus marquée, et qui est sans doute en grande partie responsable de mon envie d’écrire. Cela dit, je m’inspire autant de films et de BD que de livres, pour moi, toutes les façons des raconter des histoires sont intéressantes.

On peut en effet remarquer de nombreux détails liés à des mythologies diverse, c’est très intéressant à lire.  Briséïs est, dans la mythologie grecque, une reine, c’est un personnage important également. Avez-vous choisis ce prénom directement en référence à la mythologie, à cause d’une histoire pourquoi pas ressemblante, ou a-t-il simplement une autre signification, plus personnelle ?

La plupart des éléments de mon roman ont une très forte signification symbolique, mais le choix du prénom « Briséïs » n’en a aucune. C’est la première chose que j’ai choisie, avant tout le reste de l’histoire, et je l’ai choisie de façon purement sentimentale : je voulais un prénom original qui me plaise suffisamment pour que ça ne me dérange pas de l’écrire 3 fois par page… Je l’ai donc choisi comme le prénom d’un enfant… Par contre, on s’en rend compte en lisant le roman, il y a une raison très précise pour laquelle j’ai choisi d’appeler le roman du nom de mon héroïne…

On peut dire que votre livre s’adresse à un public adolescent, mais il n’est pas pour autant dénué de sens. Pensez-vous que votre livre peut avoir un impact autre que seulement celui de distraire. A-t-il pour but de dénoncer une réalité et donc de faire réfléchir le lecteur ?

Je pense que toute histoire, si elle est bien faite, a un but bien plus important que celui de distraire. Pour moi, les histoires sont des guides pour nous aider à traverser la vie. Elles sont là pour nous remonter le moral, nous donner du courage, nous avertir d’un danger, raviver en nous des qualités qu’on aurait pu oublier… la liste est longue. Dans l’idéal, je dirais qu’une histoire ne donne pas de réponse, mais nous invite à nous poser des questions. Elle nous fait réfléchir.

Avec Briséïs, je ne cherche pas spécialement à dénoncer quelque chose, plutôt à faire réfléchir sur la façon de réagir face aux problèmes de la vie en général (humains, de relation à l’autre, etc). J’ai choisi une histoire fantastique, parce que pour moi c’est un moyen de prendre de la distance, et de mieux comprendre ce qui se passe dans notre propre vie.

À l’heure où la société se questionne et se divise presque essentiellement sur des questions d’égalité, c’est pour beaucoup un idéal,  pensez-vous qu’il resterais une division omniprésente et inévitable entre “ceux qui savent” et les autres ? Que cette division serait ignorée de tous excepté de “l’élite” dont parle votre livre (situation parfaitement illustrée par l’importance du secret de l’existence de la Citadelle) ?

En grandissant, alors que je découvrais que le monde ne tournait pas toujours rond, et que les adultes n’avaient pas réponse à tout, je me suis demandée, comme beaucoup de jeunes je pense, quelle était la cause des maux de l’humanité.

Ne pouvant trouver de solution évidente, je me demandais si quelqu’un quelque part pouvait tout expliquer. S’il y avait des responsables, qui nous maintenaient dans l’ignorance, ou si nous étions tous dans le même bateau incontrôlable. Même si je pense qu’il ne suffirait pas d’un « oui » ou d’un « non » pour répondre à la question, cela m’a donné envie de jouer avec cette idée.Puisque je n’aurai sans doute jamais de réponse, j’ai décidé d’en inventer une, pour voir ce qui se passerait. À quoi ressemblerait un monde où « oui, le bateau a un capitaine, qui sait exactement où nous nous rendons.

Cela dit, le premier tome de Briséïs n’est qu’une introduction sur la réflexion, qui va beaucoup évoluer dans les trois prochains tomes.

Que représente pour vous la rébellion à laquelle se joint Briséïs dans la deuxième partie du livre ? Sachant la proximité entre ce personnage et vous, cette rébellion signifie-t-elle quelque chose pour vous personnellement, une étape dans votre vie ?

En fait, il me semble que j’ai vécu ce moment de rébellion plus d’une fois dans ma vie déjà, et je le vivrai sans doute encore. Il représente pour moi une étape fondamentale : avoir le courage de défendre ses idéaux, même lorsque son entourage pense le contraire, même lorsque cela signifie devoir tout quitter et se lancer dans l’inconnu, traverser un désert en espérant trouver un monde meilleur de l’autre côté. J’ai écrit ce passage en grande partie pour me rappeler de trouver ce courage, chaque fois que j’en aurai besoin. Une histoire n’est pas seulement là pour faire réfléchir des lecteurs, elle est aussi un grand professeur pour son conteur…

Pour vous, Briséïs vous a permis de trouver votre voix, invitez-vous le lecteur à faire de même, à lui aussi se questionner sur la société et pourquoi pas, sur cette rébellion ?


Je mettrais le mot rébellion entre guillemets : je ne veux pas dire qu’il faut tout casser, se révolter systématiquement contre le système. Mais se poser les bonnes questions, se rendre responsable de son bonheur, et avoir le courage de chercher sa vérité, oui. Ou alors se rebeller, mais contre ses propres peurs. Avec Briséïs je cherche surtout à illustrer un combat intérieur…

Vous avez commencé très jeune à écrire Briséïs, son édition vous a demandée beaucoup de patience et de temps. Vous avez réussi à concrétiser un rêve que beaucoup de jeunes ont, à savoir publier un jour un livre, quel conseil pourriez-vous donner aux jeunes auteurs voulant eux aussi concrétiser leur projet ?

Je dirais que le plus difficile est de croire en sa propre valeur. On ne voit jamais le livre d’un autre à moitié terminé. On ne se rend pas compte qu’un livre met énormément de temps à ressembler à quelque chose, qu’il faut être très très patient, et ne pas hésiter à corriger et corriger encore. Il faut être têtu, ne jamais laisser tomber, avoir confiance que si l’on continue de marcher, le chemin finit toujours pas mener quelque part.

Que pouvez-vous nous dire sur la suite de l’aventure Briséïs. Comment allez-vous organiser la suite de l’histoire et quelles sont vos attentes concernant les prochains tomes ?

La suite est déjà partiellement organisée depuis longtemps, puisque ce ne devait être au départ qu’un seul roman, que j’ai fini par couper en quatre, parce ça ne rentrait pas dans un seul volume. J’ai surtout hâte de voir ce que cela va donner, parce que même si je crois savoir ce qui va se passer, le résultat final est toujours très différent…